Actus

Entreprendre et innover dans les entreprises grâce à l’intrapreneuriat

Publié le

entreprendreCe mot exprime et traduit une nouvelle « race » d’entrepreneurs. Derrière ce néologisme on redécouvre un cadre particulier qui répond à deux aspirations de la société ; entreprendre tout en conservant son statut de salarié, sans risque financier et avec le soutien de son entreprise.

Un peu d’histoire

Le concept date des années 70 et le nombre de personnes ayant adopté ce cadre est important bien que l’on ne dispose pas de données exactes. Et pour cause.
De grandes entreprises comme La Poste ou 3M le proposent pour, notamment, conserver des salariés en leur sein tout en leur donnant la possibilité de développer un projet et d’entreprendre.
En effet, l’intrapreneuriat permet aux salariés d’une entreprise de mener un projet innovant de bout en bout en leur sein tout en gardant leur statut.
Les salariés concernés deviennent des entrepreneurs au sein même de leur entreprise en développant leur autonomie et leur responsabilité (1).

Un contexte favorable pour entreprendre

Les entreprises, grandes ou petites, évoluent dans un contexte concurrentiel qui leur impose d’accélérer l’innovation. En parallèle, les générations de salariés sont davantage sensibles à l’autonomie, mais restent conscientes des risques. Ces salariés sont en quête de sens et souhaitent contribuer, à leur façon, à la réussite de leur entreprise. On est très proche des codes propres aux start-up.

Avantages certains pour les salariés et leur entreprise

Le salarié trouve de la reconnaissance car son initiative est encouragée. L’entreprise déniche et conserve des talents car elle encourage une forme de prise de risques ; elle développe l’innovation et le goût d’entreprendre, à moindre coût. Malgré tout, ce fonctionnement peut se heurter à un management classique, face à un nouveau type de « chefs de projets », moins sensibles à la hiérarchie habituelle. La réussite passe donc par un appui et un engagement fort de la direction qui doit aussi préserver son organisation, tout en lui permettant de s’adapter à son environnement.

Histoire du « post-it »

Ce fonctionnement a fait ses preuves. Ainsi, la société « 3M » a commercialisé un produit « culte » suite au dépôt d’un brevet. A l’origine, le fameux « Post-it » était le fruit d’une innovation ratée, une colle qui ne collait pas… Un salarié va ainsi créer ce petit bout de papier dont on connait le succès aujourd’hui. Il a détourné la colle « ratée » à son usage car il avait besoin d’un marque-pages pour son livre de chorale.
Initiative, contournement, transformation d’un échec en opportunité, c’était il y a un peu plus de 50 ans…

Découvrir toute l’histoire de l’invention du « Post’It » sur Wikipédia, étonnant !

(1) Le concept a été défini en 1976 par l’américain Gifford Pinchot. L’intrapreneuriat est censé permettre à la grande entreprise de mieux saisir les opportunités que son inertie naturelle ne lui permettrait pas. L’entreprise gagne en agilité.

F. MARIOTAT, Directeur de territoire CHER, Cerfrance Alliance Centre, mars 2020

Published by

Eric

Pour me contacter personnellement : alliance@cerfrance.fr

À propos de l'auteur

Eric

Pour me contacter personnellement : alliance@cerfrance.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donner le résultat de l'addition *