Bénévoles

Dossier : La formation des bénévoles

Publié le

formation-professionnelleFormer des bénévoles, c’est former des adultes dans une posture particulière ! Les associations ont fait de grands progrès en matière de formation de leurs bénévoles. Les aides publiques y sont pour beaucoup, les travaux et recommandations de France Bénévolat ont dû apporter également leur pierre à l’édifice.

 

Globalement et sauf exception, les bénévoles ne sont pas très demandeurs de formation ! Ce constat est peut être déstabilisant pour les responsables associatifs, mais si on ne partage pas cette analyse, on essaie de reproduire des « recettes » appliquées aux salariés d’entreprise. Aucune stratégie spécifique n’est identifiée, réduisant les aspects de la formations aux seuls aspects – par ailleurs légitimes – des budgets et de l’offre. Comment expliquer cette faible appétence des bénévoles à l’égard de la formation ? Plusieurs raisons peuvent être avancées.

Contradiction entre « engagement » et « professionnalisation »

Même si l’expression « professionnalisation des associations » fait moins peur et suscite moins de réactions passionnées qu’auparavant, une perception de contradiction demeure entre ce que France Bénévole appelle « la logique du cœur et la logique de compétences » entre la volonté de donner son temps dans un engagement volontaire et gratuit pour une cause et la nécessaire exigence de compétences. De fait, le nécessaire développement des compétences, surtout quand il est tenu au sein de discours maladroits de la part des associations, qui assimilent les bénévoles « à des salariés non payés », est entendu par les bénévoles comme une exigence trop élevée.

Accepter et reconnaître que l’on « ne sait pas »

La formation n’est pas, à l’évidence, une posture naturelle et facile. Pour les bénévoles de faible qualification, on retrouve toutes les attitudes des salariés faiblement qualifiés bien connues à l’égard de la formation : la formation est assimilée à l’école, donc à l’échec ; les pédagogies didactiques sont inadaptées. Si les équipes sont intergénérationnelles, il est difficile d’admettre qu’un jeune en sait plus qu’un ancien (« syndrome de l’informatique ou des techniques d’information »). Et surtout pour les cadres supérieurs, notamment quand ils sont retraités, il faut une étape où l’on accepte de perdre une partie de ses références, de considérer l’association comme « terra incognita« . Ce qui passe par un regard sur soi… fait d’humilité.

Le rôle social de la formation

La formation ne joue pas du tout le même rôle social que dans l’entreprise ; elle est au mieux une contrainte, librement acceptée, qu’il faut assumer pour être à la hauteur du projet. Cette acceptation suppose une forte intégration et une forte implication dans le projet associatif. Elle ne vient donc qu’en aval des processus d’intégration et d’implication. Ainsi, le bénévole se déclare souvent non disponible, d’où la très grande difficulté à mettre en place une ingénierie de formation adaptée. Il est donc plutôt recommandé de proposer des actions modulaires très courtes.

Au-delà de la formation formelle

Il est bien connu que la formation, au sens fondamental du terme d’apprentissage de savoir-faire, est constituée d’éléments formels et informels. Ceci est particulièrement sensible pour les bénévoles. Quoiqu’il ait été dit et écrit sur la question, la réduction « franco-française » de la formation aux stages (appelée par de nombreux auteurs « la stagification ») ne facilite pas la mise en place de dispositifs souples et adaptés aux bénévoles, en particulier dans les petites associations. Dans les associations, comme dans les entreprises, il ne s’agit pas de nier l’importance de la formation formelle, mais de la concevoir avec des dispositifs complémentaires aussi importants que dans les entreprises parce qu’ils concernent le fonctionnement collectif : qualité des réunions, capitalisation et échanges d’expériences, parrainage entre anciens et nouveaux, animation (et non management !) des bénévoles autour des compétences expérientielles.

Juris association juin 2015

Published by

Pôle Association

Pour contacter nos spécialistes des associations : Chartres : 02 37 91 42 43 | Bourges : 02 48 68 36 36 | Fleury-les-Aubrais : 02 38 61 82 00 | Nevers : 03 86 71 92 50 ou association@alliancecentre.fr

À propos de l'auteur

Pôle Association

Pour contacter nos spécialistes des associations : Chartres : 02 37 91 42 43 | Bourges : 02 48 68 36 36 | Fleury-les-Aubrais : 02 38 61 82 00 | Nevers : 03 86 71 92 50 ou association@alliancecentre.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *